Vacances, camping et randonnées en mode céto

Coucou à tous !

Ça y est, c’est l’été ! Même si on l’a beaucoup attendu ici à Lille, le soleil est enfin là 🙂 Parce que les vacances arrivent, je vous propose aujourd’hui de vous parler de mon expérience céto en camping et en randonnée. Avant de continuer l’article, je vous recommande de lire mon guide ultime de l’alimentation cétogène pour vous rafraichir la mémoire !

Je fais du camping depuis que je suis tout petit. Nous sillonnions l’Italie en famille tous les étés et j’ai encore les souvenirs d’orages terribles au bord du lac de Garde dans une tente à l’étanchéité douteuse. Mais quels souvenirs ! Ensuite, nous nous sommes posés au bord du Lac du Bourget, et j’y passais un à deux mois par an. Le camping est une incroyable école de la vie, du partage et d’humilité. La randonnée également. On ne conserve que l’essentiel, on vit dehors, on prend son temps.

Conservation et densité calorique

En camping comme en randonnée, les deux principaux critères de choix d’aliments sont la conservation et la densité calorique. Il est primordial d’avoir assez à manger pour ne pas avoir de baisse de régime sans s’encombrer de trop de kilos dans le sac. Plusieurs paramètres entreront en compte lors du choix des ingrédients, notamment :

  • Si on voyage en voiture, en transports en commun ou à pieds,
  • Si on emporte ou non un réchaud,
  • Si on a accès ou non à un frigo ou à une glacière.

La bonne nouvelle dans tout ça, c’est qu’il n’y a pas plus calorique et dense que les aliments compatibles avec l’alimentation cétogène (je vous le démontre en fin d’article !). Le ratio poids/calories de l’huile d’olive est tout simplement imbattable, et est également incroyable pour le fromage et la charcuterie. Ce n’est pas un hasard si les peuples d’altitude fabriquent tous de la charcuterie et du fromage : pour la conservation et la richesse nutritionnelle !

Réchaud ou non ?

En randonnée notamment, le poids du matériel est un critère primordial. Chaque kilo économisé est une petite victoire, amplifiée par les kilomètres qui s’accumulent !

Le choix d’emporter ou non un réchaud se pose donc. Personnellement, je préfère marcher léger et n’en emporte pas. Il faut être sûr d’accepter de manger froid plusieurs jours d’affilée sans lassitude car il sera important de manger en quantité suffisante pour tenir le coup !

Voici ma seule source d’énergie pendant 3 jours dans le massif de Belledonne, entre l’Isère et la Savoie : fromages (reblochon, beaufort, chèvre), purée d’amande, jambon de Savoie, noix, amandes, noisettes.

S’il vous reste un peu de place dans le sac ou si vous vous déplacez en voiture, vous pouvez également apporter quelques légumes se conservant bien sans frigo. Avec un réchaud, il est alors aisé de se cuisiner une poêlée de courgettes avec des oignons rouges, de l’huile d’olive et des œufs brouillés. On peut aussi se composer de délicieuses salades : tomates, concombres, radis, champignons… En arrosant le tout d’huile d’olive, vous atteindrez facilement vos objectifs de lipides et serez rassasiés !

Vous avez du mal à manger votre fromage ou votre saucisson sans pain ? Pensez donc à preparer des crackers aux graines en suivant ma recette avant le départ, ils se conserveront plusieurs jours sans problème.

Les aliments à emporter en rando et en camping

  • Saucisson, jambon et viandes séchées,
  • Thon et sardines en conserve,
  • Huile d’olive,
  • Fromages à pâte dur (emmental, Beaufort, comté…),
  • Crackers aux graines keto,
  • Légumes : courgettes, oignons, tomates, radis, champignons, concombres… (si vous avez plus de place à disposition)
  • Chocolat à 100% de cacao,
  • Oléagineux : noix, amandes…
  • Olives,
  • Sel.

Avec un réchaud :

  • Œufs,
  • Thé, infusion ou café soluble.

Avec un peu de chance, on profitera également des fruits sauvages : myrtilles, fraises des bois… On essaiera de les cueillir les plus hautes possible pour éviter toute contamination animale !

Une journée type

Même si je ne compte jamais mes calories ou mes macros ni ne pèse mes aliments (il faut que je vous dise pourquoi dans un futur article !), voici une idée de « menu rudimentaire » pour une journée de randonnée. Supposons que nous marchions de longues heures, que nous consommions 3500 kcalories et que nous n’avons pas de réchaud :

  • 200 g de beaufort : 0 g de glucides, 65 g de lipides et 53 g de protéines
  • 225 g de saucisson : 0 g de glucides, 90 g de lipides et 56 g de protéines
  • 50 ml d’huile d’olive : 0 g de glucides, 50 g de lipides et 0 g de protéines
  • 50 g d’amandes : 2,8 g de glucides, 27 g de lipides et 12 g de protéines
  • 100 g de noix : 11,3 g de glucides, 64 g de lipides et 17 g de protéines
  • 40 g de chocolat à 100% de cacao : 2,2 g de glucides, 24 g de lipides et 5 g de protéines

Au total : 3534 kcalories dont 16 g de glucides, 321 g de lipides et 143 g de protéines (2% de glucides / 82% de lipides / 16% de protéines), un ratio qui rentre à merveille dans les objectifs céto ! Et tout ça avec seulement 665 g dans le sac à dos (hors emballages) ! Vous comprenez enfin, lorsque je vous parle de densité alimentaire ? On peut donc théoriquement manger 3500 kcalories pendant 4 jours pour seulement 2,660 kg !


Vous voilà avec toutes les informations en main pour prendre de la hauteur sur les incroyables sentiers de randonnée et les GR traversant notre magnifique pays ! Je n’ai plus qu’à vous souhaiter de belles vacances. Quelle est votre destination ?

Vous devriez aussi aimer :

Commentaires (2)

  • David Supervagabond 4 mois ago Reply

    Bonjour, concernant ta journée type, c’est quoi l’intérêt de prendre 50ml d’huile d’olive ? Uniquement un apport nutritionnel ?

    oliviermaria 4 mois ago Reply

    Bonjour David,

    Oui cela a un intérêt en terme d’apport nutritionnel. Il est vrai que cela peut parraitre un peu brut de boire de l’huile d’olive, l’idéal est de la manger en salade avec un concombre par exemple mais je voulais ici montrer un menu sans risque de péremption.

    Bonne journée !
    Olivier

Commenter l'article

Résoudre : *
2 + 17 =