Témoignage : Pierrot Graziani, ultra-cycliste. De l'intolérance aux glucides au régime cétogène avec mon programme - Low-Carb Frenchie Skip to main content
5
(1)

Pierrot Graziani est ultra-cycliste et participe à des courses folles de plus de 1000 km. Après avoir connu des problèmes digestifs à cause du sucre lors de ses compétitions, il décide de sauter le pas et de se lancer dans l’aventure cétogène en s’inscrivant à mon programme d’accompagnement sport et cétogène. Il nous raconte sa transformation !


Salut Pierrot, peux-tu te présenter rapidement ? Quels sports pratiques-tu, à quel niveau ?

J’ai 41 ans et je vis à Ajaccio sur l’île de beauté. Je pratique le cyclisme ultra-distance (j’en suis à mon quatrième ultra de 1000 km) et un peu de course à pied niveau débutant.

Comment t’alimentais-tu avant pour le sport et as-tu eu des signaux qui t’ont motivé à changer d’alimentation ? Des anecdotes ?

J’étais en alimentation mixte glucides et salé mais j’ai un énorme soucis d’assimilation des glucides. J’ai une intolérance très haute au gluten donc c’était compliqué. Je mangeais déjà des barres Holyfat et des compotes mais au bout 7-9 heures de course j’étais complètement HS, avec mon réservoir de glucides vide. Je vomissais à chaque fois en me laissant KO sur un banc pour 2 heures ! Sensation horrible, obligé de boire du Coca à outrance…

J’étais ensuite en mode zombi, puis le temps que le glycogène revienne un peu je roulais à 15 km/h, le cardio bloqué à 100 BPM… L’horreur ! J’ai passé la Race Across France sans pouvoir avaler quoi que soit de Oraison (km 180) ou j’ai eu le coup de massue jusqu’au Chalet Reynard (sur les pentes du Mont Ventoux, km 330), c’était long… Au Bikingman Portugal au soir du deuxième jour je n’ai pas mangé pendant 7 heures, j’étais complètement cramé. Je suis rentré dans un supermarché pour acheter un pot de Nutella et une bouteille de Coca et j’ai passé 1 jour et demi de la course en mangeant du Nutella à la cuillère et en buvant du Coca. J’ai fini le pot 20 km avant l’arrivée… Je pense que j’ai frisé l’hyperglycémie, car j’ai bu presque 10L de Coca sur 3,5 jours, mais aussi des frites, des glaces, des bananes et du Nutella …

J’étais prêt à mettre un terme à ma courte carrière d’ultra-distance tellement c’est éprouvant pour moi, ce n’était plus possible de me mettre dans des états pareils. Donc voilà ma principale motivation pour passer en mode cétogène. La solution cétogène était la meilleure chose à faire car j’avais déjà un pied dans ce mode de fonctionnement avec mon soucis de gluten.

En te suivant sur ta Race Across France et en suivant un autre athlète de haut niveau sur les réseaux (Sean Sako) je me suis dit que c’était incroyable ce truc ! Il fallait que j’essaie, ça pouvait me sauver !

Est-ce que le programme t’aide dans ta transformation ?

En tant que sportif déjà en activité, le programme donne un cadre et évite les peurs et les questionnements, même si on aimerait avoir tout les cours d’un seul coup… Mais finalement d’attendre sa leçon du jour nous fait apprendre la patience, car c’est la clé de la ceto-adaptation !

NDLR : Mon programme vous offre une leçon par jour pendant 28 jours afin de comprendre le régime cétogène pas à pas et changer en douceur. Inutile d’aller trop vite, il faut savoir être patient !

Quels ont été les premiers bénéfices du régime cétogène ?

J’ai perdu 1,8 kg qui traînaient et qui ne servait à rien et je n’ai plus faim entre les repas. Je suis bien en cétose mais pas encore adapté donc je reste patient et je maintiens mes entraînement à basse intensité pour le moment, et j’attends de voir avec impatience le chrono baisser.

L’alimentation cétogène n’est pas à prendre à la légère : il faut faire une croix sur certains aliments que l’on pouvait adorer comme les fruits ou le riz… mais une fois les réflexes acquis et que la routine est en place on y fait plus trop attention, ça devient une habitude. Et finalement j’aurai maintenant du mal à me passer de mes œufs brouillés le matin !

C’est même parfois plus pratique pour manger vite fait : on grignote 2 œufs durs, 2 tranches de jambons, du fromage, un avocat et on est à bloc pour le reste de la journée, alors que celui qui mangera un sandwich jambon beurre emmental aura faim 2 heures après. A la maison il faut prendre le temps de cuisiner, et finalement c’est même super bon et équilibré !

Que veux-tu dire aux sportifs qui hésitent encore à se lancer dans l’aventure du cétogène ?

Dans tout les cas il faut essayer ! Alors foncez ! Vive le gras ! Le gras c’est la vie !

Pour finir, je voulais surtout te remercier pour le ton accompagnement et ton programme, et je suis très heureux de faire parti du Fat Burners Club !


Prêt.e à te lancer toi aussi dans l’aventure cétogène ?

Découvre mon programme de 28 jours pour devenir une machine à brûler du gras, oublier l’hypoglycémie et enchainer les kilomètres avec une énergie incroyable !

Le Fat Burners Club, mon programme pour découvrir le sport en mode cétogène

J’ai créé un programme de 4 semaines pour t’accompagner dans ton changement d’alimentation. Tu auras l’accès à une plateforme de ressources (fiches illustrées, références, vidéos…) et tu recevras une leçon par jour pendant 28 jours.

Tu auras également accès aux groupes privés (Facebook, Whatsapp, Strava) du Fat Burners Club, le premier club de sportif 100% cétogène. Tu profiteras du soutien d’une communauté de sportifs passionnés et pourra y poser toutes tes questions.

Alors, tu nous rejoins ? Clique ici pour découvrir mon programme !

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes 1

Olivier Maria

Olivier Maria

Passionné de sport et de cuisine, je concilie les deux en suivant le mode de vie cétogène. J'utilise l'énergie que me procure une alimentation pauvre en glucides et riche en matières grasses pour courir, pédaler, nager...

Commenter l'article